Les COV dans les peintures ... PARLONS-EN !! Bien choisir sa peinture ...
par Ecobati - Bouweco - BXL :: il y a 4 ans

Facebook                       www.amazona-spatio.be                           Liste des revendeurs


C.O.V. = Composés Organiques Volatils  


Les COV forment une bonne partie des polluants chimiques domestiques.

Cela inclus, les produits d'entretien ménagers et les peintures.


A l’exception de l’eau, les solvants sont également appelés Composés Organiques Volatils (COV).

Lors de l’application et du séchage des peintures et des produits d'entretien ménagers, tous les solvants s’évaporent. 



 



Le formaldéhyde, le benzène, le toluène, des alcools, des essences minérales et les gaz combustibles (propane, etc.) sont les COV les plus courants, toxiques ou hautement toxiques.

Ils peuvent provoquer des étourdissements, des nausées, de la fatigue et bien d'autres symptômes


On retrouve des COV bien sûr dans les produits à phase solvant, mais aussi dans les peintures en phase aqueuse (notamment dans les peintures acryliques, si communément employées ...)


 


    

1 - Quelques conseils pour mieux choisir :

  • Privilégier les peintures naturelles, plus saines, plus respirantes et moins couteuses (article comparatif de "éco-conso" de mai 2015, à suivre prochainement sur notre Blog)

  • Les peintures acryliques sont à éviter. Le solvant est l'eau, certes, mais d'autres produits chimiques et synthétiques y sont ajoutés (pour l'élasticité, le tendu, etc...) et nuisent à la santé. L'odeur semble faible, un adjuvant chimique y est ajouté pour bloquer celle-ci. L'application se fait souvent fenêtre fermée, vu l'absence d'odeur, ce qui accentue l’absorption de produits chimiques toxiques. A Noter également que l'acrylique est du plastique ... donc issue de la pétrochimie.

  • Eviter les peintures qui portent un pictogramme de "danger", "irritant", "nocif pour la nature" (vous faites partie de la nature, c'est donc nocif pour vous aussi )

             

        


  • "Bannir" les peintures synthétiques à l'huile, extrêmement nocives pour la santé et l'environnement.
  • Sur l'étiquette, vérifier le taux d'émissions de COV et choisir une peinture à faible émission. En effet, les COV peuvent irriter les voies respiratoires, les yeux et la peau, provoquer démangeaisons, maux de tête, fatigue, étourdissements… Ils seraient également impliqués à plus long terme dans certaines allergies ou maladies dégénératives.

  • Attention !!  Les COV de certains produits naturels, peuvent paraitre élevés du fait que nous parlons de produits naturels. Le solvant est souvent le citrus (citron) et il dégage des COV. Une grande lacune dans la règlementation Européenne, qui ne fait pas la différence entre les COV synthétiques toxiques et les COV naturels (tels que le citrus). Les fabricants de peintures naturelles emploient également notamment de l'acide silicique (silice - sable), adjuvant très léger, naturel et non toxique, pour donner du volume, ou du kaolin pour rendre la peinture plus crémeuse. On peut citer aussi une argile, la bentonite, qui épaissit les liquides. A noter également que la non toxicité, n'exclut pas un risque d'allergie à certains produits naturels.

  • A noter que le solvant des peintures Amazona est l'eau, non toxique, et que la charge est la craie, non toxique également.


  • La directive européenne, en application depuis le 1er janvier 2010, fixe des limites pour les émissions de COV des peintures et vernis. Pour une peinture murale, la limite est de 30g/l. Pour les peintures écologiques, les émissions se situent en général en dessous de 10g/l. Une peinture à l'argile en produira entre 0,03 et 0g/l. Attention, une laque synthétique pour métal peut émettre encore jusque 300g/l de COV.

  • Les fabricants ne sont pas obligés de détailler la composition complète d'une peinture. La fiche technique sera toujours plus exhaustive.


2 - Que faire des restes de peintures acryliques (à l'eau !) ou synthétiques ?

 



  • Les résidus de peintures acryliques (à l'eau !) et de solvants sont toxiques et classés en "déchets chimiques".

  • Jetés dans la poubelle, ils se retrouvent soit à la décharge (polluant les sols), soit à l’incinération (polluant l'air).

  • Vidés dans l’évier ou à l’égout, ils polluent l'eau et le sol.

  • Mieux vaut donc rassembler les fonds de peintures et les porter au parc à conteneurs le plus proche ou les confier à une collecte spécifique. Votre intercommunale pourra vous renseigner.

  • Quasi toutes les peintures naturelles sont compostables ... Bien se renseigner avant de les mettre au compost, une trop grande concentration de citrus peut nuire à ce dernier. Suivre les instructions sur les étiquettes ou les fiches techniques.


3 - Directive de l'Union Européenne, visant la réduction de solvants dans les peintures :
  • Cette directive, entrée en vigueur en 2007, a eue pour échéance le 1er janvier 2010, date à laquelle on ne devait pas dépasser les 30 g de COV par litre de peinture murale (250 g pour les autres peintures).

  • La Directive a classé les peintures en 12 catégories, elles-mêmes réparties selon deux sous-catégories : les peintures en phase aqueuse et les peintures en phase solvant.

  • Dans chaque catégorie la teneur maximale en COV a été fixée en tenant compte des performances attendues par l'utilisateur ... Une directive à la carte qu'il faut connaitre pour votre santé et l'environnement.

A vos rouleaux et faites vous plaisir ... "Amazona     naturellement votre"  !!




0 commentaire
  • 4 + 1